Uni vers le partage

Eqrilibre Plus d'heures que de moi.

25 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Regret

Une seule coque du casque tamponne mon oreille. Une tâche d’encre sur le plexus. Courte. Bossus. Trois étages en caramel. Gluante de miel en ponte. Elle se jouit dans les larmes.

Le mensonge roi est une berceuse dynamite. Le type ingénieur suicidaire – La technique dans le gosier, la sienne, les orteils branchés à des chaussures de fétichiste. – fidèle à lui-même.

 

Un plafond  qui s’en-nuit de lanternes sur la montagne n’efface pas la tâche d’encre.

23 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Adhérent

Les nombres comptent. En barquette dans la salle de sport bloqués devant la machine, les muscles en calculette.

 

       Un fond de scène, bottine de rendez-vous joue sous la table. 

23 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Pourrir, pours !

J un herbivore en pourriture. Et ça déborde.

Au bord de ma bouche.  Une main accrocheuse. Ping pong dans le vide.

Nu. Il/elle. Couché. - Une queue féline en molécule. -

Dépigmenté. Le carreau de verre. Je crois qu’il y a une queue.

 

Crypté de soie, brisé en mille pierres.

 

ZyKlon BB.

 

Attraction paranoïa.

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

An other day

 

Les emballages de Noël sont passés à la fourrière.

 

E.T grandit. E.T petit tout petit tout petit E.T.

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Sous la sousse

Je, jeux. X, pluriel et infini. Jeu du sens. Pourquoi ? Partir, précis, précisément poli. Non. Oxymore nuageux. Si. Si seulement, tu pêchais un paysage. Un fond d’écran à 36 centimes. Et que tu me l’envoyais tous les jours ? Et qu’il me brossait la racine. Est-il possible de faire un implant de cheveux en ordre ? J’ai un résidu de sens. Un pou langagier.

 

Phacochère, phacochère sous mes pneus. Trop vite, trop vite passé.

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Il fut un temps

Guillotine. Guillotine partout. Et rouge. Et silence. Calp.

 

 

Rocher aux alouettes. Un cendrier se niche dans mes orbites. Je suis. Un cendrier rocher aux alouettes.

 

Guillotine. Guillotine. Guillotine partout. GUILLOTINE, Rire. Première.

 

Procès réverbère, procès. Et je vois, un foulard jaune,

incertain, les bords se rétrécissent à mesure que la moto avance.

 

il fait noir, il ne fait que noir.

 

 

 

 

À mort Justine.

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Pour loin

Les rideaux

 

 

 

 

Un brun de gris doré attrapent son rouge.

 

 

Sourire .                                                                                 A TOI

 

 

Là-bas, là-bas, là-bas, là-bas..

 

 

Mais ça ne va pas durer longtemps.                                       ( Souffle)

 

 

18 mai 2017 ~ 0 Commentaire

Violon

Un coup de gant. Hiver éternal. Aux ongles sales. Et une dent sautilléS.

 

J’aimerais bronzer une aile sur ta clarinette.

Tchekhov : A Galitsianer Tantsel Klezmer Music.

 

Joueur joué.

 

Cache toi prépa.

21 mai 2015 ~ 0 Commentaire

Les âmes à balle par les pornographes d’essence(s)

Ève est accro à l’eau-de-vie . En seringue. Chaque samedi soir elle s’enfonce les règles de bienséance dans les veines pour oublier qu’elles existent. Elle entend un cœur qui l’emballe. Elle dit :  » je suis à balle  » . Elle s’imagine Clyde et sa défonce Bonnie. Il n’y a plus personne dans la tour de contrôle. Les corps atterrissent l’hymen déchiré. Il y a des hanches boomerangs, des pieds crotales, des têtes de bambie dévergondées par le diable, des bustes déracinés. Où est-elle ? Car sa machine déconne, les orbites en extase. Elle se ravive chaque fois que la fashion week manu(fa)c(t)urée mystifie l’allégresse de la sape. Cette année, c’est  » emballée pour la route Androgyne « . Son couloir auditif est trop encombré par la populasse-techno, frappant ses cils à coups de fouet ritualisé. Simple et répétitif. Simple, et répétitif. En fait, elle les a colonisés ses tympans. Même dans le blanc, il y a encore des taches sonores. Le blanc, de ses jambes bavent. La chatte vient s’en abreuver, Ève déclenche un déluge. Mais Ève n’a pas pu construire l’arche de Noé, Ève se fait dévorer le reste de son hymen par un requin.

 

 

Image de prévisualisation YouTube

14 mai 2015 ~ 0 Commentaire

Imagination à la chaine

Robe de chevelure au bord de cils. Balais de manège abandonné. Vole dans une serpillière de joie. L’haleine ricoche contre un nerfImagination à la chaine arrow-10x10 , déboutonne l’épiderme.

Grain de beauté controversé ?

Silence de magazine. Glissade de lèvres. Boîte de temps d’essai. Aborigène de corps. Toile de poignée trompettiste. Corde d’utérus pincée.

Verbe au décarrow-10x10allage ?

Rayure.

Le vent est un ressort à la peau.

Tripote l’écran du monde. Une cigarette allumette, bulle d’image.

Boudiné ? Absence de virgule sourire.

Electro-fié dans un livre ?

Lapin cyclopéen dans un parc. Sable au bord du lit. Gamberge de poireaux.

rebellesarrow-10x10de canapé-univers, les semelles, félin-camembert, postillonnent sur les passants. Promenade dans un drap d’étoile. Il y a , Moucheron enveloppé dans un carton de lettres, biberon de ses pattes.

Y a-t-il un corps ?

Être à la carte postalearrow-10x10. Chargement d’expérience.  

 

 

 

 

 

Je ne prends pas le temps de respirer un silence. 

Dans ma tête... |
C'est écrit ... Par D... |
Stryi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les échappées littéraires d...
| G.Pio
| Poesiesdadelia